imriel a partagé

Species dysphoria, fairy, question, boosts okay, replies requested and ecouraged 

Anyone know where I could get some wings that blended well into clothes and could fold up or even were built into dresses and could fold up too?

imriel a partagé

I think we should simply not have advertisements

imriel a partagé

[BOOSTS WELCOMED AND URGED!]

twitter.com/RealClarabelleC/st
"I created this fundraiser on November 6 of LAST YEAR & the goal STILL hasn't been reached.

"I'm asking that you please share and donate the same way you do for white trans people. Black trans women deserve resources we need to live in safety and dignity."

gofundme.com/f/clarabelleAffir

imriel a partagé

neg assez général, évocation suicide, la vie, toussa, truc beaucoup trop long. 

Purée ce que je donnerais pour être "libéré" du travail. J'en peux plus, et c'est de pire en pire. Sans parler du fait que certaines de mes tâches sont absurdes.
C'est d'ailleurs un énorme paradoxe. À un prix parfois assez élevé, j'ai toujours été "in the system". Scolairement pas brillant mais toujours OK, jamais redoublé, j'ai suivi mon chemin, j'ai fait ma prépa, mon école, j'ai trouvé un boulot le jour même où j'ai validé mon mémoire d'ingénieur. Sur le papier ça a l'air ok.

Je me souviens que gamin, les réunions parent-prof, y'avait les profs de maths etc qui me sortaient des trucs comme "on voit que t'aime bien cette matière" et j'avais une boule dans la gorge en me disant que "non"
Non, bordel, j'aimais pas sa matière. Je passais mon temps à regarder dehors, je me mettais à l'arrière de la salle pour qu'on me laisse tranquille, et dans mon imaginaire j'attendais qu'on vienne me chercher et m'extirper parce que j'en étais pas capable moi-même. Tous les matins je pleurais à l'idée d'aller en cours et c'était pas à cause des relations sociales, enfin, pas que. Je supportais juste pas être dans une salle de classe, passer ma vie à compter les secondes car on me donnait des tâches dont j'avais rien à foutre. Alors oui je faisais mon boulot, mes devoirs, mes exos pendant les cours j'essayais de les finir vite mais c'était pas par amour de la matière, c'était pour qu'on me laisse tranquille. C'est pas vraiment pareil. L'année de 3ème c'était la pire parce que j'arrivais pas à faire ça. Je me souviens que j'étais face à mes contrôles, je me disais "je sais faire ce truc mais j'en ai vraiment pas envie" et ça me fichait le vertige, ça m'effrayait, d'avoir la flemme de faire mon DS et oui je trouvais que ma flemme allait trop loin. Juste que j'en voyais pas l'intérêt. Là, mes notes ont un peu chuter et je suis passé à 13 de moyenne. Je cachais mes notes à ma mère, avant les réunions parent-prof je faisais des crises de panique à l'idée qu'elle découvre ça. Naturellement elle a découvert et ça s'est très bien passé car c'est ma mère et au lieu de se dire "bouh mon fils t'es nul" elle s'est dit "il y a quelque chose qui ne va pas" et c'était vrai, ça datait, cela-dit. Le lycée ça a été un brin meilleur, j'ai rejoint les 15 de moyenne et surtout en première les matières scientifique j'étais plutôt bon, j'avais une sorte de motivation aveugle. Mais malgré mon 17 de moyenne en maths en première, c'était dans cette salle que j'étouffais le plus. J'avais l'impression d'être claustrophobe. C'était l'immense paradoxe. Salle polyvalente. La prof qui cassait, brisait les élèves en difficulté. Celle de seconde qui avait insulté mon cousin de chien fou. De quel droit ? Elle le connaissait ? Elle savait ce qu'il vivait ? Celle de première qui avait ses têtes.

Sur ma trousse de collégien, j'avais écrit mon motto: "UJJP"
ça voulais dire "Un jour, je partirai". Je l'écrivais partout, un peu comme une signature, un truc à moi, ça me permettait de continuer, savoir qu'un jour je partirai

Je pense à la phrase de Brel "Je voulais prendre un train, que je n'ai jamais pris."

Ça résume assez bien les choses. J'étais mal, vraiment mal dans ce monde, j'en avais toutes les manifestations physiques: douleur au ventre, fatigue permanente, etc. L'année de première une connaissance ++ que j'admirais s'est suicidée, en terminale mes parents ont divorcé de manière ulllltrrraaaa violente, alors leurs exos de maths, de SVT, les préoccupations des profs, j'en avais rien à faire, c'était d'une force ! Le monde s'écroule, des gens souffrent partout, certains crèvent de fin, mais je dois résoudre un problème de maths ridicule dont j'ai rien à faire qui n'a même pas la qualité de me divertir.

Après y'a eu le désastre de la prépa. Parce que là pour le coup, c'était sans fin. Le côté "Je fais mon boulot pour me débarasser" ça marche pas, en prépa. Y'a toujours du boulot. Donc face à l'impossibilité de procéder de la sorte, bah... J'ai plus bossé ? J'ai baissé les bras ? Mais la prépa elle-même m'usait. Car je m'en voulais de ne pas bosser. Je m'en voulais de me mettre potentiellement en échec. Du coup je ne faisais rien, je restais vide, les bras balants, je tentais de sauver les meubles de temps en temps. Et les profs de prépa, il n'y a rien de plus abject qu'un prof de prépa. Les profs de prépa sont persuadé que la vie des étudiants tourne autour d'eux. Qu'ils n'ont qu'eux à penser, et tout élève qui néglige son travail est vu comme un bon à rien. Un prof de prépa n'a qu'une seule classe, la notre. Par exemple, mon prof de maths n'avait que 10h de cours, et c'était nous. Alors lui, toute sa vie ne tournait qu'autour de nous. Il ne parlait que de nous. Sa prépa, c'était sa fierté, son bébé. Pendant ce temps le divorce de mes parents continuait, ma mère était sous anti dépresseur et, si elle gérait bien, le poids de ses difficultés je le portais aussi un peu. Ma petite soeur si jeune allait une semaine sur deux chez mon père, qui la maltraitait presque (pas physiquement donc dans ma tête à l'époque il n'y avait rien d'illégal, pas sûr aujourd'hui que ce soit reconnu), et c'était des crises de larmes, des déchirures, l'envie de tuer mon père chaque fois qu'elle me parlait sur MSN à 3h du matin alors qu'elle n'avait que 9 ans. Quand elle racontait du bout des lèvres ce qu'il lui disait, comment il la considérait, les gens qu'il invitait, les jeux tout à fait inappropriés qu'ils avaient alors qu'elle était là. Ses petites amies passagères. Comment il les traitait. Tout ça, du bout des lèvres, comme des informations qu'il fallait recoller, sans trop connaître la réalité des choses, j'avais son ressenti, l'effet que ça avait sur elle, lorsqu'elle m'envoyait ses poèmes d'enfants qui étaient des poèmes de grands.
Ma grand-mère est tombée malade pendant mes années prépa. Mettant à nouveau une claque violente à la famille ébranlée, ma mère, mes tantes paralysées, j'essayais d'être là. La prépa, c'était quoi à côté de la vie ? De la merde, c'était une mouche, gênante et dispensable, j'aurais juste eu envie d'en finir avec ça. Une mouche, mais une mouche vicieuse, qui faisait tout son possible pour me faire ressentir comme la merde qu'elle veut bouffer. Je leur en veux à ses profs. J'en veux à se système qui non seulement m'a été parfaitement inutile professionnellement mais qui en plus m'a fait beaucoup de mal et j'en paie encore aujourd'hui les conséquences. Mes premières douleurs de mâchoire datent de là.

L'école, c'était différent. Je l'ai vécue bien et mal, mais c'était pas à cause du boulot en lui-même, sauf si on considère le principe même du boulot. Un peu comme aujourd'hui, où je traîne la patte pour tout car je sens que je gaspille des années de vie pour quelque chose dont je ne vois pas l'intérêt, même relatif.

Mais je suis là, à toujours rêver comme le gamin collégien, qu'on vienne me chercher, qu'on m'extirpe. Qu'on vienne à ma fenêtre, et qu'on me dise, "viens, on se casse, prends pas de bagage" J'en vois pas la fin. Je pensais petit que je réaliserai rapidement mon UJJP mais c'est en vérité juste la carotte qui me permait de continuer. En apparence, j'avance. Sociétalement, je coche petit à petit les cases qui font que les gens se disent "tout va bien" et c'est vrai qu'au fond, tout va bien. Malgré mes maux de tête chronique, mes difficultés, tout va bien.
J'ai mon boulot, j'avance dans le relationnel, j'ai déménagé, je me construis et je construis une vie mais j'ai pas l'impression de construire ma vie. J'ai l'impression de suivre un mode d'emploi, voilà la vie telle qu'il faut la vivre, tu fais ça, ça, ça. Je coche petit à petit les cases de la todolist mais elle me correspond pas des masses, cette todolist. Même sans compter les difficultés tangibles, que je peux raconter, expliquer, comme le divorce, les nombreuses actions de mon père etc. Même sans ça, ça n'irait pas. Même sans la prépa, qui n'était qu'une confirmation de l'absurde que je connaissais déjà, c'était juste l'apogée de l'absurde, du what the fuck, mais c'était juste la saison de trop, celle qui va trop loin, la série aurait dû s'arrêter avant.
Alors, UJJP, quand ? Je construis quand ma vie alternative ?

Je parle de tout ça ici car je sais à quel point on est nombreux.se dans ce cas sur mastodon. J'ai mis longtemps à rencontrer des gens avec ce même mal être

imriel a partagé

Support 

To those Harry Potter fans who feel let down. Harry, Hermoine and Ron support you! redd.it/iufj1t

imriel a partagé

us politics, in-school state propaganda, white supremacy 

trump says he's planning to sign an executive order called the "1776 commission" for "patriotic education"

""Our youth will be taught to love America with all of their heart and all of their souls," Trump said. The White House declined to say when Trump would sign the executive order."

"Trump called the framing of history around race "toxic propaganda" and "a form of child abuse in the truest sense of those words" — specifically calling out critical race theory, a concept that was started around the idea that the law and legal institutions are inherently racist. He accused Democrats of pushing education that makes students "ashamed" of America’s history."

duckduckgo.com/?t=lm&q=trump+e

nbcnews.com/politics/white-hou

imriel a partagé

is your child a communist? 

they may be running "Linux", a known communist operating system that's handed out to everyone free of charge (imagine!) and comes with the built in commands "cp" (Communist Party), "ls" (Left Socialism), "rm" (Revolutionary Marxism), and "cat" (Communism at All Times)

imriel a partagé

selfie, ec, boosts appreciated ❤️ 

hey,

imriel a partagé

The city kept being like "we need libraries to open so homeless people have somewhere to go :(" and I'm like the Philadelphia Housing Authority is sitting on twice as many empty homes as there are unhoused people hey idk maybe that's somewhere they can go like I'm happy to also have them in the library they're wonderful members of our community I just feel like housing will give them somewhere to be that doesn't close at 5pm

Afficher le fil de discussion
imriel a partagé

asimov: i made three rules and now here's an entire book of reasons they don't work because life is nuanced and complicated and and has to be handled with a flexible, compassionate approach

every white tech guy: haha cool ethos

imriel a partagé
imriel a partagé

how many genders are there? 

- 2 Common genders everyone gets in the starter pack
- 3-5 Rare genders you’ll probably have picked up if you’ve been playing for a while
- an unknown number of Epic & Legendary genders that most players have never even seen
- a theoretically infinite number of Crafted genders

imriel a partagé

intersex, stigma, visibility 

In much of the public intersex discourse & advocacy, the same words are repeated and parroted ad nauseam, every time, always the same:

["wait until folks are old enough to decide for themselves..."]

dot dot dot

[...] but then there's zero followup.

Education:

1. There needs to be more training and education for doctors and family (parents & guardians).

2. In many communities, young folks don't have access to a comprehensive, intersex-inclusive sex education curriculum.

3. There aren't many community elders openly talking about their experiences growing up & sexually maturing as an intersex person.

Here's my own take.

It's not just anatomy:

["wait until folks are old enough to decide for themselves"]

~ fuck that noise ~

Like seriously, genitals aren't even the main thing, it's just a symptom you can spot early-on, and in most cases it just gets ignored:

"so long as urine can exit".

There's almost always a difference in psychological / emotional development, as well as the differences in puberty, fertility, social aspects of living in a world where there isn't much awareness, etc. etc. etc.

And on top of that, whenever folks are deemed: ["old enough to decide for themselves"]

The protocols are for transgender folks. There's almost zero awareness of intersex healthcare needs.

imriel a partagé

Si des chauffeurs de cars sur Mastodon cherchent en emploi dans le Trièves, ils peuvent me contacter : mes actuels patrons cherchent un chauffeur supplémentaire pour la rentrée.
Le poste est très polyvalent :
- transport scolaire.
- taxi H24 une semaine sur deux/trois.
- collecte du lait de brebis et chèvre.
- transferts de groupe en station l'hiver.
- colonies de vacance.
- centre de loisir.
Salaire horaire : 12.86€ brut.
Poste à temps complet.
#jeproposeunjob.

Dis fée diverse, c'est quoi pour toi le handicap ? (Je m'adresse principalement aux personnes concernées, notamment celles avec des handicaps dits invisibles, ou qui ont et ont eu des difficultés à se sentir/se faire sentir légitimes à se dire handicapé⋅es)

Encore reçu un mail du type "je cherche des gens pour une mission de travail à domicile". Pôle Emploi a une jolie page "Attention aux arnaques" et invite à signaler, mais comment ça se fait que ces gens aient accès aux adresses mail des demandeurs d'emploi ? Quand quelqu'un s'inscrit comme recruteur y'a pas une vérification quelconque du fait que cette personne est vraiment un recruteur ? (demande de SIRET...)

imriel a partagé

⚠️ Pourquoi c'est scandaleux qu'il y ait des planches de Ouija au rayon jouet, et que vous ne devriez pas plaisanter avec la sorcellerie, un thread.

imriel a partagé

Oh, Allistic Spectrum Disorder.... It's terrible. Children with Allistic Spectrum Disorder have trouble thinking about details, are overly reliant on heuristics, have diminished senses, and exhibit far less passion in their interests than normal children. However, some Allistic Savants are abnormally good at intuiting social norms, at almost superhuman levels.

suicide (don't worry) 

je viens de découvrir ce smiley :kms:​ dans mes smileys personnalisés et je suis un peu choqué

Déplier
Miaou !

Miaou est une instance Mastodon faisant partie des CHATONS avec une forte orientation geek aimant l'open source, le libre et les chats